On se met bien en Ardenne ! #jour 2

EH OUI, vous l’attendiez impatiemment… Voici la suite de nos aventures en Ardenne ! Nous étions restées sur une folle soirée où nous avions (encore) bu plus que de raison et sur une nuit qui promettait d’être courte…

W’allons nous dormir

Réveil piquant à 9h du matin…

Figurez-vous que Margot a grincé des dents toute la nuit. Quoi de plus sexy et reposant pour Pauline ? Cependant, les lits étaient HYPER confortables. Nous avons donc douillettement cuvé notre vin/nos bières et étions prêtes à profiter d’une nouvelle super journée… Après quelques râleries de la part Margot (Pauline ne l’avait pas réveillée assez tôt apparemment, ahahaah), nous sommes descendues prendre des forces avec un excellent petit-déjeuner composé de produits locaux et de confitures MAISON. Simple et efficace après une nuit de folie.

Nous vous recommandons à nouveau cette chambre d’hôtes située dans le Laveu ! Pourquoi ?

– L’endroit est facilement accessible en transports en commun.
– La chambre est spacieuse, lumineuse et très bien équipée.
– En bonne liégeoise, Vinciane ne manquera pas de vous indiquer les endroits incontournables à Liège (connus et moins connus).
– Au printemps et en été, vous pourrez profiter de leur joli jardin.

Bref, c’est une super adresse pour les touristes de passage et les liégeois qui chercheraient un « bed and breakfast » après un mariage, une soirée etc.

Toutes les informations : ICI.

Apprendre à fourrer des pralines chez Darcis

Si nous nous sommes levées avec autant d’entrain, c’est parce que nous connaissions l’activité du matin : la visite de la Chocolaterie Darcis à Verviers et un cours privé de fourrage de pralines (n’y voyez aucun mauvais jeu de mots…)

Nous avons donc commencé avec un tour du musée. Ce dernier est ludique et met tous nos sens en éveil. Le parcours est adapté aux enfants, c’est donc une chouette activité à faire en famille (ou avec votre classe si vous êtes enseignant(e)).

Vous le savez peut-être déjà mais la chocolaterie propose aussi des ateliers de pâsserie au sein de « l’Académie de Jean-Philippe Darcis ». Les cours sont donnés par Jean-Phi en personne ou par un chef de l’académie, à raison de deux sessions par semaine. Lors de notre visite, Jean-Philippe était en déplacement mais nous avons eu droit à une super master class où régnaient bonne humeur et humour.

C’est avec le sourire aux lèvres et l’estomac rempli de caramel au fruit de la passion que nous avons terminé l’activité !!!

Toutes les informations : ICI.

Diner dans une brasserie emblématique de Verviers

Après cette matinée gourmande, nous n’étions pas mécontentes de profiter d’une petite balade digestive. Notre groupe a pu découvrir le centre de Verviers et son piétonnier plutôt agréable. Prochaine étape : Le Vieux Bourg, une brasserie incournable à Verviers qui propose des plats… légers. Ahahahah.  A table, nous avons pris les paris. Avec combien de kilos en plus allions-nous finir cette aventure ?

Au Vieux Bourg, les plats sont simples mais vraiment bien exécutés. Nous vous conseillons d’opter pour leurs spécialités. Mention spéciale pour la cassolette de boudin blanc aux mandarines, un mélange original mais dé-li-cieux.

Plus d’informations : ICI.

Visite de l’Abbaye du Val-Dieu

Apparemment, Visit Ardenne avait décidé de mettre au défi notre estomac et notre foi(e) (excellent jeu de mots) puisque nous avons ensuite pris la direction d’Aubel pour visiter l’Abbaye du Val-Dieu.

Bien que la cour, la basilique et le parc soient accessibles au public, optez pour une visite guidée. Il n’y a rien de mieux pour découvrir l’histoire de l’abbaye et de la brasserie !

Martine, notre guide hyperactive, nous a inondés d’informations et d’anecdotes avant de nous emmener déguster une petite bière bien méritée.

Plus d’informations : ICI.

Yves Radelet

Notre journée s’est terminée en apothéose avec un repas CHEZ Yves Radelet, au Luxembourg. Oui, nous avons fait un peu de chemin avant d’y arriver…

Nous insistons sur le mot « CHEZ » car nous nous sommes senties comme à la maison ! Les touches de bois, de pierre et la cuisine ouverte confèrent au lieu une ambiance chaleureuse. Nous avons également été épatées par la qualité et la précision des plats.

Yves Radelet et sa femme proposent une carte dite « classique » avec des plats du terroir mais aussi un menu contemporain avec des plats aux associations audacieuses.

Bref, si vous êtes de passage à Drauffelt, vous vous devez de faire un crochet par ce restaurant !

Plus d’informations : ICI.

Fin de la deuxième journée

Cette fois-ci, nous avions décidé d’être sages et de rentrer directement à notre hôtel (Hôtel INTERNATIONAL **** de Clervaux). Qui a dit que la vie de blogueurs était facile ? Nous, nous étions exténuées… mais heureuses !

Plus d’informations : ICI.

Et si vous êtes trop impatients et qu’il vous tarde de découvrir le récit de notre troisième journée, allez jeter un petit coup d’oeil au site de Visit Ardenne ! Il regorge d’idées d’activités en Ardenne et vous pourrez y découvrir la magnifique présentation des « Deux filles en ville », nouvelles ambassadrices… Huhu.

Site de Visit Ardenne
Notre page « AMBASSADRICES »

A très vite !

Pauline & Margot

Publicités

On se met bien en Ardenne ! #jour 1

Ce n’est plus Deux filles en ville, mais bien Deux filles en vadrouille qui sont parties à la découverte de l’Ardenne avec un grand A. Ici, on parlera d’Ardenne et non des Ardennes, car ce territoire s’étend sur 3 pays : la Belgique, le Luxembourg et la France.

On vous l’avoue, on avait une image assez « basique » de l’Ardenne : un territoire vert, montagneux (ou du moins en relief), des habitants un peu rustres, de la bonne bouffe bien copieuse, de la bière à foison…  Alors quand Visit Ardenne nous a invitées à partir à la découverte de cette région… on était toutes émoustillées (surtout pour les hommes rustres et la bière, on l’avoue) !

On s’est très vite rendues compte que cette région débordait de bien d’autres richesses : un patrimoine chargé de traditions culturelles, une fine cuisine, des habitants au cœur d’or, de l’amour, de l’amour, de l’ A-MOUR !

Belgian Owl Distillery

dav

Notre premier arrêt en région liégeoise ne fut pas pour nous déplaire (bien au contraire) : la Belgian Owl Distillery à Fexhe-le-haut-clocher ! On a d’ailleurs très vite compris le thème de ces 4 jours : le BIEN MANGER/BOIRE… Notre charmante guide, Isabelle, nous a conté avec passion la jeune histoire de cette distillerie liégeoise (la distillerie est née en 2004).

dav
Pauline, impatiente d’entrer !

Nous nous sommes rendus sur les champs de récolte d’orge pour mieux comprendre la philosophie d’Etienne Bouillon, Maitre Distillateur. En effet, Belgian Owl mise avant tout sur une production respecteuse de l’homme et de l’environnement (négoce de l’orge basée sur le commerce équitable, rotation des cultures, respect de la faune et de la flore environnants).

Dans les locaux, nous avons pu découvrir le processus complet de distillation et de fermentation. Les deux alambics venus tout droit d’Ecosse valent d’ailleurs le détour !

dav

Les whiskys sont ensuite vieillis en fûts de chêne pour une durée de minimum trois ans, sauf pour le Spirit Unaged.

IMG_0412

Alors, évidemment, nous n’allions pas quitter ce lieu emblématique sans une dégustation digne de ce nom. Et là encore, Isabelle nous a épatés avec son savoir ! Nous avons appris à déguster et à apprécier le whisky (sans s’arracher la gorge). Même le 12 ans d’âge ne nous a pas fait ciller !!! Margot buvait d’ailleurs ça comme du petit lait…

img_7859

Plus d’informations par ici

W’allons nous dormir

W’allons nous dormir ? C’est bien la question que nous nous posions depuis le début de journée… Visit Ardenne, ces petits filous, s’était bien gardé de nous dévoiler le nom de notre logement. Le nôtre, situé dans la rue des Wallons, est un bed and breakfast qui nous a charmées grâce à sa simplicité.

Celui-ci ne possède qu’une chambre spacieuse et c’est là tout son charme. On s’y sent comme à la maison et notre hôte, Vinciane, a pu nous consacrer tout son temps.
C’est autour d’une bonne bière, et accompagnées d’amis, que nous avons découvert l’histoire de ce B&B : une maison trop vide après le départ des enfants et l’envie de partager les bons plans liégeois.

Pour passer une nuit chez Vincianne, c’est ici

La Cucinella

cucinella
source: http://www.lacucinella.it

Amis liégeois, ce nom ne vous est certainement pas inconnu ! C’est dans cette institution italienne de la rue de la Casquette que nous avons passé la soirée. Au menu : de bons petits plats comme là-bas revisités par le fils, Julien, qui a pris la relève récemment. Mais que les anciens se rassurent : les plats emblématiques du papa sont toujours à la carte.

Le décor moderne casse les codes des vieilles trattorias italiennes mais garde cet esprit de convivialité qui nous plait tant (oui, en gros, on était plutôt à l’étroit, ahahaha).

edf
Quand on parle de bouffe, la concentration est de mise

Les plats se sont enchainés, tous plus délicieux les uns que les autres :

Mise en bouche : Tartare de veau et huitre, un mélange étonnant mais délicieux!
Entrées :
Margot a jeté son dévolu sur le tartare de thon rouge aux aromates, mousse d’avocat et citron vert. Pauline a craqué pour le crostini aux champignons de saison, oeuf de germe sur le plat et guanciale grillée.

Plats :
Margot : Spaghetti alla chitarra façon carbonara, ris de veau et truffe noire.
Pauline : Tagliata d’Irish Beef avec roquette, copeaux de parmesan et tomates confites.

edf
Pauline, l’herbe n’est pas plus verte ailleurs!!

Et pas de dessert… Nous avons plutôt opté pour un pousse-café (on ne se refait pas, que voulez-vous) !

Pour découvrir le menu et s’en mettre plein… heu les yeux , c’est ici

Dégustation au Beer Lovers’ Café

On ne vous le cache pas : nous avions déjà bien mangé et bien bu. Nous nous demandions comment nous allions encore pouvoir ingurgiter une petite dizaine de bières. On a de l’entrainement, mais faut pas abuser…

Bref, Antoine nous attendait de pied ferme pour nous proposer un beer pairing (ou l’art d’associer bières et mets). Nous avons dégusté toutes sortes de bières, des blondes, des brunes ou encore de la gueuze. Le tout accompagné de pralines Darcis et de succulents fromages… Au final, l’appétit est venu revenu !

A 4h du mat’, il était largement temps de regagner nos pénates (même si Benoît n’était pas de cet avis)…

On se donne rendez-vous la semaine prochaine pour un débriefing de cette première nuit en amoureuses et la suite de nos aventures !

Pauline & Margot

Escapade gourmande et romantique à Durbuy

Durbuy, tout le monde le sa it, c’est LA destination qui fait mouche: weekend en amoureux, sorties gourmandes, découvertes culturelles, sportives…

Je ne sais d’ailleurs pas combien de weekends j’ai pu y passer avec mes parents, que ce soit pour aller manger un morceau, flâner dans ses jolies rues ou tout simplement pour se promener sur le Marché de Nöel (qui a déjà ouvert et qui est d’ailleurs mon activité préférée à Durbuy).

Cet été,  je suis donc partie pour un weekend romantique (non pas avec ma Pauline bien aimée, qui n’était pas disponible) avec mon chéri !

Le weekend romance bien sucré que j’avais prévu ne s’est pas exactement passé comme prévu…

J’ai d’abord du faire face à Adventure Valley (l’ancien Durbuy Adventure, vous vous souvenez ?) C’est donc parée de ma plus belle tenue de sport que j’ai bravé les hauts ponts de singes, arpenté le parcours Spéléo, et escaladé la ViaFerratta sans (trop) couiner… D’ailleurs, j’espérais voir briller de la fierté dans les yeux de mon mec en me voyant faire ces galipettes, mais j’y ai plutôt vu une sorte… d’impatience (tu vas te grouiller oui ?) Tous mes rêves de grande aventurière se sont arrêtés net.

IMG_8047
Voilà voilà….

Le parc est vraiment top, avec des activités pour tous les âges, différents niveaux de difficulté etc. On s’est vraiment éclatés, mais nous n’avions malheureusement pas prévu assez de temps. Comptez une bonne journée si vous voulez tester toutes les activités, sachant qu’une seconde partie du parc est plutôt éloignée et accessible uniquement via une navette.

Bon à savoir : le parc reste ouvert en hiver pour les plus courageux. Seules les activités les plus extrêmes sont fermées (bracelet rouge).

Plus d’informations ici

Après cette journée forte en émotions (et courbatures), nous nous sommes rendus clopin-clopant vers le centre-ville pour rejoindre notre hôtel.

IMG_8096

Nous avons séjourné au Clos des Récollets,  un hôtel avec restaurant tout mignon, niché en plein cœur des ruelles de la vieille ville.
Ici, charme et authenticité sont au rendez-vous. Bâtisse en pierre du pays, décoration rurale, pleine de simplicité, avec ces poutres apparentes que j’aime tant, terrasses (il y en a deux) ombragées sur la petite place en pavé… Il ne manquait que le chant des cigales (et un bon pastis) pour se croire dans un petit village du sud de la France.

On débarque donc (dégoulinant et plein de terre), un peu gênés, à la réception de l’hôtel. L’accueil chaleureux d’Angélique, la femme du cuisinier et patron Frédéric, nous fait vite oublier notre tenue et nous papotons allègrement pendant qu’elle nous montre notre chambre. On est déjà charmés. Bon, franchement,  on a été gâtés : nous avons eu la plus jolie chambre de l’hôtel, dotée d’un balcon avec vue sur les petites ruelles animées de Durbuy. Émerveillement garanti. Petits meubles chinés, couleurs douces, charme préservé : le combo parfait pour me séduire.  Je vous laisse juger par vous-même:

IMG_8065
Je n’ai jamais aussi bien pris la pose

 

IMG_8070

Après une bonne douche, et dieu sait que l’on en avait besoin, notre estomac criait famine ! Il était temps de tester cette carte alléchante qui nous faisait de l’œil depuis quelques heures…

IMG_8105

Frédéric Bruneel, le chef, propose plusieurs menus changeants au fil des saisons et des produits disponibles sur le marché :
Le 3 services à 37 euros (menu du Clos)
Le 4 services à 62 euros (menu Gourmand)
Le 5 services à 75 euros (menu Gastronomique) 
Nos estomacs gourmands criant famine, nous avons jeté notre dévolu sur le menu Gastronomique. Allez, on vous énumère nos plats, histoire de vous faire saliver un peu :

Carpaccio de bar sauvage, avocat, pamplemousse, petits pois, crème à la menthe fraîche
 ***
Dos de Cabillaud juste cuit, coulis de tomate épicé, houmous crémeux, anchois et olives, citron caviar
***
Ravioli de homard, artichaut et poêlée de cèpes, jus concentré et émulsion au thym citron
***
Filet d’agneau grillé au feu de bois, légumes du soleil, sauce au thym
***
Abricot rôti, glace vanille, coulis thym/citron et amandes torréfiées
 

img_81471.jpeg
Nous avions également pris la sélection des vins. Inutile de vous dire que nous ne regrettons pas ce choix, les vins proposés sublimant parfaitement chaque plat.   
Ça y est, on vous a donné envie?
 

Qui fait le mieux semblant de boire?
Il faut savoir que le chef, avant de débarquer à Durbuy il y a 18 ans, a d’abord travaillé auprès du prestigieux Yves Mattagne. Frédéric a ensuite travaillé au sein du Clos des Récollets en tant que cuisinier, avant de reprendre l’établissement avec son épouse (qui travaille en salle). 
 

Après le repas, nous avons papoté avec Frédéric qui s’est montré disponible et chaleureux, nous expliquant avec passion son parcours professionnel et partageant avec nous son amour pour la cuisine. Le fait que Frédéric se soit montré disponible et nous ai parlé à cœur ouvert de sa vie professionnelle, mais également de sa famille, nous a touché. L’établissement à cet air de « comme à la maison« , et c’est un gros gros plus! 
Frédéric nous a même conseillé quelques endroits où aller boire un verre en cette fin de soirée.
Et quoi de plus beau, après une telle soirée, le ventre plein (et la tête qui tourne un peu, avouons-le), que de n’avoir qu’à franchir quelques marches pour s’affaler s’allonger dans un lit moelleux? Franchement, je n’aurais pas pu rêver mieux!
Je pense d’ailleurs que je ne vais désormais que dîner que dans des restaurants proposant également des chambres, haha ! 
Le lendemain, nous devions nous lever assez tôt. Frédéric et Angélique ont été adorables et ont fait préparer le petit déjeuner pour 7 heures tapantes.

IMG_8169
Un petit café??
Je ne peux donc que vous recommander à 200% cet établissement, où charme et authenticité s’allient avec une cuisine de qualité, une ambiance au top (clients avec lesquels on a sympathisé, personnel de salle,…), et un petit « je ne sais quoi » qui me fait souvent repenser à ce lieu, en me demandant: quand est-ce qu’on y retourne?? 
Belle soirée à tous, 
Margot.
Psssssst
Plus d’information concernant l’hôtel ici
Je vous laisse également ci-dessous les menus actuels d’hiver du restaurant: 
Menu Gourmand
Menu Gastronomique
Menu du Clos
 

On a testé… l’entomophagie !

Bon ok, on avoue que le but du titre était de se la péter un peu…

Mais si cela vous dit d’ouvrir une parenthèse culturelle, sachez que le mot ENTOMOPHAGIE vient du grec ancien : entoma (= insectes), entomos (= cisaillé, taillé), phàgos (=mangeur). L’entomophagie est le fait de consommer des insectes ! (Voilà. Tout le monde s’endormira un peu moins bête ce soir.)

Pourquoi parler d’entomophagie ?

Il est vrai que nous n’étions pas spécialement réjouies à l’idée de croquer dans une larve ou un criquet mais l’alimentation à base d’insectes fera peut-être partie de notre quotidien d’ici quelques années.

Vous n’êtes pas sans savoir que la population mondiale grandit à vue d’oeil et la demande en viande fait de même. Le problème est que nous n’aurons bientôt plus assez de place pour ce type d’élevage ! Il est donc grand temps de trouver une alternative et la consommation d’insectes semble en être une. En effet, leur élevage demande peu d’espace et pollue beaucoup moins. Sans oublier le fait que les insectes sont très riches en protéines… Alors pourquoi ne pas tester dès maintenant ?

Notre expérience chez Les bouchers verts

Cela faisait quelques semaines que nous voulions nous rendre chez Les bouchers verts. Cette brasserie d’un nouveau genre a pris ses quartiers rue de la Madeleine et propose une cuisine à base d’insectes OU végétarienne (pour les plus frileux).

Courageuses mais pas téméraires, nous avons choisi d’y aller pendant l’apéro du Val’heureux. Nous étions ainsi certaines de pouvoir boire une ou deux bières avant de gober une quelconque petite bête !

Nous avons tout de suite été séduites par le cadre (grandes vitres, moulures sur le plafond, carrelage ancien, jolis vitraux). L’endroit était déjà pris d’assaut à notre arrivée et nous avons décidé de partager une table avec de charmants inconnus.

Pendant l’apéritif, des toasts ainsi que des petits chocolats circulaient entre les tables. Nous avons vite repéré les larves de ténébrions sur le chocolat (qui rajoutaient du croustillant) mais impossible de deviner les ingrédients des toasts !

img_3179img_3199img_3201

Nous avons ensuite commandé une brochette de criquets pour deux. On voulait de la bête entière, on en a eu ! La texture était assez agréable puisque les insectes avaient à nouveau ce petit côté croustillant. Le goût, quant à lui, nous a rappelé la noisette. Les saveurs étaient relativement simples mais c’était très sympa.

Pour le plat, nous sommes toutes les deux parties sur le burger classique. C’est de la farine d’insectes qui est utilisée pour réaliser le « patty » et nous avions donc l’impression de manger un burger classique et ULTRA GOURMAND. C’est une très bonne idée pour avoir son apport en protéine !

Nos compagnons de table ont opté pour une assiette « découverte » qui n’avait pas l’air mal du tout !

img_3227

Si vous avez envie de tenter cette expérience culinaire à la maison, sachez que vous pouvez également y acheter des insectes ou des préparations à base de ces derniers. Rien de tel pour surprendre vos invités ! (A vous de voir si vous les prévenez avant ou après dégustation, ahah..)

En conclusion

Nous avons vraiment passé une excellente soirée et ne regrettons pas d’avoir poussé la porte de chez Les bouchers verts ! L’endroit et les plats reflètent parfaitement leurs convictions et nous donnent envie de suivre le mouvement.

C’est donc les yeux fermés que nous vous recommandons cette nouvelle adresse. Alors, allez-vous tenter l’expérience ?

Pssssttttt : Ils organisent également un atelier cuisine le 25 février. N’hésitez pas à vous inscrire ICI.

Les bouchers verts
Rue de la madeleine, 33 à 4000 Liège
Ouvert du mercredi au dimanche
Page Facebook

On a testé… la crêperie bretonne Ty Breizh

Dimanche passé, nous sommes allées (re)découvrir la Crêperie Bretonne Ty Breizh. « Redécouvrir », car celle-ci a été reprise il y a quelque temps par les patrons du bien connu Le Zocco Chico. Les anciens patrons, bretons d’origine, ont d’ailleurs été très généreux puisqu’ils ont confié leurs précieuses recettes !
IMG_1422
Mais Ty Breizh, ça veut dire quoi d’abord ? Eh bien, c’est le mot breton pour « Maison de Bretagne ». Et c’est exactement ce que l’on ressent une fois que l’on pousse les portes de l’établissement ! Lambris sur les murs, bateaux, photos de paysages bretons, bolées, plaques de différents lieux de Bretagne… On s’y croirait !
IMG_1446
IMG_1469
Notre plaque préférée… 
Nous avons commencé notre expédition bretonne avec un apéro. Nous avons opté pour celui de la maison : un kir breton (du cidre avec de l’hydromel). Un peu déroutant au début, et puis l’on en redemande ! Ce subtil goût de miel vous tapisse le palais et c’est trop trop bon !
IMG_1472
On se lance ensuite dans le vif du sujet, avec les fameuses galettes de sarrasin ! Le choix fut difficile, vous vous en doutez… On a d’ailleurs demandé à la serveuse de revenir plus tard deux fois de suite !
Margot a finalement pris la crêpe Gwadegen à base de chèvre, lardons, épinards et tomates. Pauline a craqué pour la suggestion du moment, la crêpe Tartiflette (pas besoin de vous faire un dessin).
IMG_1443
Les crêpes et leurs garnitures étaient très goûteuses. Nous vous recommandons à 100% les deux mais il est vrai que nous avons un peu de mal à retrouver le goût et la texture de la crêpe avec la tartiflette.
Nous avons évidemment bu le fameux cidre pour accompagner le tout. Cidre que l’on boit dans une bolée (petit bol avec une anse). Mais pourquoi ?
Simplement parce qu’à l’époque, la vaisselle était fabriquée en terre… et qu’il était plus simple de fabriquer des bols que des verres. Voilà :-), vous pourrez fièrement lancer cette info lors d’un dîner mondain. (Non non, ne nous remerciez pas…)
IMG_1439
la fameuse bolée
Nous nous sommes ensuite laissées tenter par un dessert et avons choisi la crêpe au caramel beurre salé. UNE TUERIE ! C’est d’ailleurs l’une des crêpes les plus appréciées par les clients). Nous avons demandé de l’accompagner d’une boule de glace vanille et la cuistot nous a rajouté des amandes grillées… encore meilleur !
IMG_1461
Bref, nous sommes reparties repues et heureuses, avec un objectif en tête : réserver des vacances en Bretagne au plus vite ! En attendant, on a décidé d’écouter Manau en boucle (on sait que vous n’allez pas résister à la chanter).

Petit bonus

Vous avez toujours rêvé de parler quelques mots bretons ? Allez, c’est cadeau !
A votre bonne santé: Yemed mat
Bonjour: De mat
S’il vous plaît: Mar plij
Au revoir: Kenavo
Ty Breizh
Rue Pont d’Avroy, 28
4000 Liège
Une adresse que l’on vous recommande autant pour un repas que pour une pause sucrée !
Bon appétit,
Pauline & Margot

On a testé… le restaurant 1660 pendant les RestoDays

Hier soir, nos papilles ont frétillé et notre coeur a fait BOUM.

Margot et Pauline en vadrouille à Huy

Vous vous demandez très certainement ce qui nous a amenées jusqu’à Huy… Figurez-vous que Margot y a vécu pendant 2 ans et connait donc la ville comme sa poche. Pour Pauline en revanche, c’était une grande première !

C’est en réalité Maurane Crespin (notre fameuse « accro aux restos ») qui nous a contactées via Resto.be et qui nous a proposé de tester un restaurant dans le cadre des RestoDays. Notre engouement était tel que nous n’avons pas rechigné à prendre le train pour tester une nouvelle adresse huttoise !

RestoDays

21730832_1517714444955849_3530502642631945184_n

Rares sont ceux qui ne connaissent pas encore le concept des RestoDays ! Pour cette 16ème édition, 285 restaurants (dont 22 étoilés Michelin) participent à l’aventure et proposent des menus à des prix tout à fait raisonnables. Les gourmets peuvent donc en profiter pour tester des établissements dont ils n’osaient rêver ! Vous avez le choix entre un lunch ou un dîner et ce, partout en Belgique.

A l’heure où nous écrivons ces quelques lignes, de très chouettes restaurants ont encore des tables libres donc FONCEZ ! Nous vous conseillons vivement le Restaurant Didier Galet, L’atelier du Sélys (Pauline y sera d’ailleurs ce soir), La Cucinella ou encore Le Coq au champs.

Site internet
Page Facebook

Nos premières impressions

Sur les conseils de Maurane, nous nous sommes rendues au restaurant 1660. Niché en plein coeur du centre historique, l’établissement est parfaitement situé et nous avons pris un réel plaisir à nous y rendre à pied (après un apéro sur la Grand-Place, évidemment).

Le cadre est vraiment très joli : murs en pierre, grande cheminée travaillée, ambiance cosy avec une décoration très épurée. Dès notre entrée, nous avons senti que nous allions passer un agréable moment !

Incroyable mais vrai : nous avons même pu profiter de la superbe terrasse ! Nous sommes sorties quelques fois pour prendre l’air et cette impression d’être coupées du monde nous a marquées. Margot était d’ailleurs apaisée par le …tenez-vous bien… CLAFOUTIS de l’eau. Oui oui, elle a réussi à sortir ce mot lorsqu’elle complimentait le chef ! Bref. Des plaids gentiment apportés par notre hôtesse, un calme impressionnant et un verre de vin : toutes les conditions étaient réunies pour papoter et profiter des extérieurs entre les plats.

Notre menu

Venons-en maintenant à ce qui vous intéresse certainement le plus : notre menu ! Nous avons dégusté 8 assiettes différentes, dont 1 « surprise » concoctée par le chef. Nous n’avons pas l’habitude de décrire nos expériences gustatives mais voici en quelques mots ce que notre petit palais a ressenti.

Tartare de homard, citron confit


Ce plat était simple et on ne peut plus efficace, servi sans fioritures. Tout ce que l’on recherche quand on déguste un produit comme le homard ! Bravo pour le citron confit qui a su trouver sa place sans voler la vedette au homard.

Saumon mariné, radis daikon, fromage frais


Du croquant, du croustillant, du fondant : un mélange de textures jouissif. Fraicheur et légèreté étaient aussi au rendez-vous. Mention spéciale pour les oeufs de poisson volant au wasabi : un pur délice !

Truite belge, chou-fleur


Nous avons trouvé cette petite purée/crème/mousse (oui c’était un peu de tout ça) de chou-fleur très agréable. A nouveau un mélange de textures réussi grâce à la peau dorée et croustillante de la truite !

Bar de ligne, cresson, tartare d’huîtres


Le tartare d’huîtres a apporté une note iodée justement dosée. Nous avons adoré le mariage avec les dés de pommes de terre et de céleri !

Arancini à l’encre de seiche, ris de veau laqué, panais


Alors là : ce ris de veau fut une révélation pour Pauline ! Comment peut-on rendre un thymus de veau aussi délicieux ? Car oui, c’est bien de cela qu’il s’agit, ahah… Sa croûte croustillante à souhait et son coeur fondant ont ravi nos papilles.

Surprise du chef 


En mauvaises blogueuses que nous sommes, nous avons oublié de noter l’intitulé de cette surprise.  Humhum… Laissez donc parler votre imagination (comment s’en sortir avec une pirouette) !

Filet de porcelet, butternut, pancetta, moutarde à l’ancienne


Septième plat… Cela devenait un peu compliqué pour notre petit estomac mais comment résister ? La moutarde a apporté le pep’s dont cette assiette avait besoin et le côté salé de la pancetta contrebalançait parfaitement la douceur de la butternut.

Prunes, crème de mascarpone, tuile croquante


Même si l’assiette de fromages nous faisait les yeux doux, nous avons préféré terminer sur une note fraiche et sucrée (qui l’eût-cru?). Nous espérions de la légèreté et avons été ravies de déguster un dessert simple et gourmand.

La sélection des vins

Notre avis

Bon, nous vous avons déjà spoilé dès le début mais cette adresse est un immense coup de coeur ! L’équipe est aux petits soins et nous nous sommes vraiment senties à l’aise dans cette ambiance chic mais pourtant sans chichis.

Nous n’avons jamais eu l’air aussi sages…

Nous sommes restées assez longtemps à table (de 19h à 23h45). Cela pourrait déplaire à certaines personnes mais nous faisons partie des clients qui aiment profiter du moment présent et qui préfèrent attendre un peu entre chaque plat. Quand on réserve dans ce type d’établissement, ça fait partie du jeu. Surtout que le chef est seul en cuisine, sachez-le…

A la fin du repas, nous avons également eu le plaisir de papoter un peu avec le chef et propriétaire des lieux, Cédric Leleux. Ce dernier s’est lancé il y a neuf mois à peine et nous lui souhaitons le meilleur pour la suite de cette belle aventure !

Nous nous sommes régalées du début à la fin et nous ne manquerons pas d’y retourner à titre personnel pour tester leur carte habituelle (une nouvelle tous les mois).

Nous terminerons enfin cet article en remerciant vivement Cédric Leleux et sa compagne, pour leur invitation et leur accueil.

Maurane, merci d’avoir pensé à nous et de nous avoir fait confiance. C’était un super moment !

Salutations gourmandes,

Pauline & Margot

15941509_231197060669663_2820469139576623584_n

 

 

 

Restaurant 1660
Rue Griange 14
4500 Huy
Site internet
Page Facebook

 

 

 

On a testé : un repas chez Atahualpa 

We are back !

Olalalala… Nous avons tellement procrastiné ces derniers temps ! Nous nous sommes agrippées à l’été comme si nos vies en dépendaient et avons laissé le travail s’accumuler. Mais il faut se faire une raison : l’automne est à nos portes et il est grandement temps de reprendre les commandes de ce blog.

C’est donc la rentrée pour les DEUX FILLES EN VILLE !!! On ne vous cache pas que les idées fourmillent dans nos petites têtes et l’envie de les concrétiser nous motive plus que jamais (quelques coups de pieds aux fesses seront quand même nécessaires pour garder le rythme, vous nous connaissez).

BREF. Pour cette reprise, nous avons décidé de titiller vos papilles et de vous faire voyager. Voici un petit compte rendu de notre expérience chez Atahualpa.

Atahualpa : un dépaysement total

On embarque : direction l’Amérique Latine ! Bon, en vrai, nous n’atterrissons pas très loin puisque le restaurant se situe Rue Souverain Pont.

IMG_9575

Depuis peu, Franklin a repris les commandes de l’établissement et nous avons été invitées à le redécouvrir. Le cadre nous a tout de suite plu ! Avec ses nappes colorées, ses fresques murales, sa verdure et ses (faux) perroquets, le restaurant nous transporte au-delà de l’Océan Atlantique. Certains trouveront ça « too much » mais nous, on adore !

IMG_9591IMG_9604

L’étage est également très agréable :

IMG_9600IMG_9596

Pour l’accueil, c’est vraiment un sans-faute ! Nous essayons toujours de déceler si le personnel est en « opération séduction » avec nous ou s’il se compote de la sorte avec tous les clients. Chez Atahualpa, vous serez traités aux petits oignons ! Peut-être est-ce une épice sud-américaine qui rend aussi aimable…

Atahualpa : des plats comme là-bas

Nous sommes toujours un peu gênées quand nous sommes invitées et notre idée de base était de tester un seul plat. C’était sans compter sur Franklin qui nous a sorti le grand jeu ! Nous avons pu déguster une entrée, un plat et un dessert.

MEJILLONES ACAPULCO, ALBONDIGAS MEJICANAS, SOPA DE MEJILLONES, CONEJO AL AJI, POLLO Y CAMARONES, CALDERAIDA DE BORREGO… Que choisir ? Nous avons pris le temps de découvrir la carte en sirotant un mojito et en nous délectant de mises en bouche. C’était frais, relevé et dé-li-cieux .  

IMG_9607IMG_9611

Entrons maintenant dans le vif du sujet avec les différents plats ! Margot l’aventurière s’est laissée guidée par les conseils de Franklin (elle voulait de la découverte et des suprises). Pauline a opté pour des plats plus classiques.

Nos entrées : 
– EMPANADAS DE CARNE (chaussons farcis à la viande)
– AZTECO (filet de poisson aux arachides en papillote)

IMG_9612IMG_9617

Nos plats :
– POLLO Y CAMARONES
(poulet et crustacés)
– 
BIFE CON PLATANOS (steak argentin flambé à la banane)

IMG_9621IMG_9623IMG_9625

En dessert, nous avons pris la banane flambée et un peu de sorbet.

Notre avis

Comme vous pouvez le voir sur les photos, les portions sont plus que généreuses (de quoi décourager les petits estomacs et ravir les plus gourmands) ! Nous avons parfois eu du mal à terminer… La présentation des plats, quant à elle, reste très simple mais nous avions réellement envie de nous jeter dessus !

Au niveau gustatif, il est vrai que nous avons trouvé le plat au poulet un peu trop salé. Pour le reste, nous nous sommes régalées. C’est une cuisine authentique et vraie, cuisinée avec le coeur et servie sans chichis.

Atahualpa : une ambiance au top

Sachez également qu’un groupe de musique latine se produit tous les vendredis et samedis dès 20h30. Vous aurez peut-être même la chance d’entendre Franklin pousser la chansonnette ! Sa revisite de Despacito nous a conquises (qui l’eût cru ?) ! Nous n’avions  d’ailleurs qu’une seule envie : enfiler un poncho, monter sur scène et souffler dans une flûte de pan ! Ahahah.

Attention : le volume est assez élevé donc n’espérez pas entamer une conversation sérieuse à ce moment-là ! Vous n’aurez plus qu’une solution : reprendre en choeur La Bamba. C’est ce que nous avons fait !

Para bailar la bamba
Para bailar la bamba se necesita una poca de gracia
Una poca de gracia pa’ mi pa’ ti y arriba y arriba
Ah y arriba y arriba por ti seré, por ti seré, por ti serééééééé 

En résumé

Si vous cherchez de l’exotisme le temps d’une soirée, foncez chez Atahualpa ! Vous passerez à coup sûr un agréable moment.

Pauline & Margot

IMG_9598

 

Atahualpa
Rue Souverain Pont, 16 à 4000 Liège
Page Facebook
Site internet