Nos entrepreneurs mis à l’honneur #4 : Corentin et Perrine

Catulum Vintage en quelques mots

Arpenter les brocantes dès l’aube, négocier pendant des heures, se ruiner dans des boutiques qui affichent des prix exorbitants, multiplier les recherches sur les sites de seconde main… Les amateurs de vintage doivent souvent donner de leur personne pour réussir à habiller leur intérieur !

Récemment, nous avons découvert l’alternative PARFAITE grâce à Catulum Vintage.

22310474_234973883699391_5687855520821472783_n20374761_209841516212628_6774427486528779607_n

Corentin et Perrine dénichent chaque semaine des pépites et les mettent directement en vente sur leur page Facebook à des prix super attractifs. Ils s’occupent également de la livraison à domicile (cette dernière est gratuite dans le centre de Liège).

Margot a déjà craqué sur une superbe lampe jaune moutarde et nous sommes désormais à l’affût de leurs dernières trouvailles. Le problème ? Tout part beaucoup trop vite, ahah…

20374811_210737872789659_8488560938865593278_n20708104_214599002403546_801822389066267736_n

Enorme plus : Vous avez toujours rêvé d’un miroir oeil-de-boeuf ? Une dame jeanne manque terriblement à votre vie ? Vous pouvez demander à Corentin et Perrine de chiner l’objet de vos rêves ! Ils partiront en mission pour vous et ce, sans obligation d’achat. Si l’objet ne vous plait pas, ils se chargeront de lui trouver un autre propriétaire.

20525313_211683766028403_4185382590718909562_n

L’interview

Curieuses d’en apprendre un peu plus sur ce jeune couple, nous les avons invités à boire un verre. Le coup de coeur était tel que nous nous sommes retrouvées avec un enregistrement de plusieurs heures à devoir retranscrire. La conversation a énormément dévié mais nous vous avons retranscrit l’essentiel…

19601487_196043034259143_8148790953762621544_n

On vous présente le trio infernal : Corentin, Perrine et… Sully !

Comment êtes-vous devenus gagas de vintage ?
Quelle est l’histoire de Catulum ?

Corentin – Un jour, on a trouvé un magnifique fauteuil en rotin dans la rue. On revenait des courses et on était déjà super chargés mais on a craqué. Ça a vraiment été galère pour le ramener ! Très vite, on a reçu des compliments disant qu’il était super stylé, les personnes qui venaient chez nous aimaient s’y installer. Perrine et moi avons donc analysé l’affect tout particulier que nous avions pour cet objet : Pourquoi nous plait-il tant ? Qu’est-ce qui le différencie d’un fauteuil lambda ? Le fait que ce soit de la récup et que nous réussissions à l’intégrer chez nous m’a conscientisé par rapport à l’écologie et la surconsommation. On a déjà produit tellement de choses, pourquoi ne pas les réutiliser ?

Perrine – Moi c’est plutôt le côté esthétique que j’aime dans la récupération. J’adore les belles choses et je réinvestis ça à fond pendant les brocantes. Le côté « écologique » est vraiment un plus mais ce n’est pas ma motivation première.

22222014_235711816958931_3332177860324523144_n

On ne peut s’empêcher de poser la question. D’où vient le nom Catulum ?

Perrine – Catulum veut dire « petit chien » en latin.

Corentin – On a choisi de baser le concept sur Sully, notre chien. Quand on crée une page Facebook, cela peut vite paraître froid. On cherchait donc une façon de la personnaliser et l’idée d’une mascotte a germé !

Comment pourrait-on ne pas craquer avec une mascotte pareille ?

Vous fonctionnez sûrement au coup de coeur. N’est-ce pas trop difficile de vous séparer des objets ?

Perrine – Rolala, ça m’est déjà arrivé plusieurs fois de me dire : « Si tel objet n’est pas vendu fin de semaine, on le garde. » Malheureusement, ou heureusement pour nous, c’est toujours dans ces cas-là qu’on vend rapidement la pièce (rires).

Quelles sont vos bonnes adresses pour les brocantes ? Avez-vous tendance à les garder secrètes ?

Perrine – Non, ce n’est pas vraiment un secret. On part du principe que les personnes qui s’intéressent à notre projet sont celles qui n’ont justement pas le temps ou l’envie d’aller sur les brocantes.

Corentin – On va souvent à Saint Pholien, par exemple. Ou encore à Battice.

Perrine – On évite en général les brocantes de particuliers parce que, honnêtement, on ne trouve pas grand chose.

20479427_210801849449928_7159342417089118772_n.jpg

Quelle est la plus belle pièce que vous ayiez dénichée ?

Perrine – Pour moi, c’est un miroir sans bord trop canon ! J’étais tellement triste de le vendre…

Corentin – Je pense tout de suite à un plat de Gio Ponti que j’ai d’ailleurs gardé !

Comment envisagez-vous le futur de Catalum ?

Perrine – J’aimerais beaucoup avoir un espace qui nous permettrait de créer des ambiances, et ne plus devoir faire ça sur 2 m² (rires).

Corentin – Je pars du principe que le commerce liégeois a beaucoup évolué et les loyers sont devenus extrêmement chers. Selon moi, le magasin va devenir un moyen de communication, plus qu’un endroit de distribution.

Perrine – Le concept qui nous tente alors est celui des pop up stores. A voir…

20374808_210801852783261_6489424962689233822_n

Pour terminer

Vous l’aurez compris : Catulum Vintage est selon nous le meilleur concept liégeois du moment pour les amoureux de vintage. Allez jeter un oeil à leur page Facebook, vous serez très certainement surpris par la qualité des objets ainsi que par les prix affichés ! Et quand on sait que le projet est porté par deux belles personnes, on aurait tort de se priver… 

Pssstttt : Nous vous conseillons VIVEMENT de rester à l’affût car un nouveau projet tout aussi cool verra bientôt le jour. Perrine et Corentin ont mille idées à la seconde et ils nous réservent donc bien des surprises…

Page Facebook de Catulum Vintage

A très vite pour de nouvelles aventures !

Pauline & Margot

 

On a testé : un repas chez Atahualpa 

We are back !

Olalalala… Nous avons tellement procrastiné ces derniers temps ! Nous nous sommes agrippées à l’été comme si nos vies en dépendaient et avons laissé le travail s’accumuler. Mais il faut se faire une raison : l’automne est à nos portes et il est grandement temps de reprendre les commandes de ce blog.

C’est donc la rentrée pour les DEUX FILLES EN VILLE !!! On ne vous cache pas que les idées fourmillent dans nos petites têtes et l’envie de les concrétiser nous motive plus que jamais (quelques coups de pieds aux fesses seront quand même nécessaires pour garder le rythme, vous nous connaissez).

BREF. Pour cette reprise, nous avons décidé de titiller vos papilles et de vous faire voyager. Voici un petit compte rendu de notre expérience chez Atahualpa.

Atahualpa : un dépaysement total

On embarque : direction l’Amérique Latine ! Bon, en vrai, nous n’atterrissons pas très loin puisque le restaurant se situe Rue Souverain Pont.

IMG_9575

Depuis peu, Franklin a repris les commandes de l’établissement et nous avons été invitées à le redécouvrir. Le cadre nous a tout de suite plu ! Avec ses nappes colorées, ses fresques murales, sa verdure et ses (faux) perroquets, le restaurant nous transporte au-delà de l’Océan Atlantique. Certains trouveront ça « too much » mais nous, on adore !

IMG_9591IMG_9604

L’étage est également très agréable :

IMG_9600IMG_9596

Pour l’accueil, c’est vraiment un sans-faute ! Nous essayons toujours de déceler si le personnel est en « opération séduction » avec nous ou s’il se compote de la sorte avec tous les clients. Chez Atahualpa, vous serez traités aux petits oignons ! Peut-être est-ce une épice sud-américaine qui rend aussi aimable…

Atahualpa : des plats comme là-bas

Nous sommes toujours un peu gênées quand nous sommes invitées et notre idée de base était de tester un seul plat. C’était sans compter sur Franklin qui nous a sorti le grand jeu ! Nous avons pu déguster une entrée, un plat et un dessert.

MEJILLONES ACAPULCO, ALBONDIGAS MEJICANAS, SOPA DE MEJILLONES, CONEJO AL AJI, POLLO Y CAMARONES, CALDERAIDA DE BORREGO… Que choisir ? Nous avons pris le temps de découvrir la carte en sirotant un mojito et en nous délectant de mises en bouche. C’était frais, relevé et dé-li-cieux .  

IMG_9607IMG_9611

Entrons maintenant dans le vif du sujet avec les différents plats ! Margot l’aventurière s’est laissée guidée par les conseils de Franklin (elle voulait de la découverte et des suprises). Pauline a opté pour des plats plus classiques.

Nos entrées : 
– EMPANADAS DE CARNE (chaussons farcis à la viande)
– AZTECO (filet de poisson aux arachides en papillote)

IMG_9612IMG_9617

Nos plats :
– POLLO Y CAMARONES
(poulet et crustacés)
– 
BIFE CON PLATANOS (steak argentin flambé à la banane)

IMG_9621IMG_9623IMG_9625

En dessert, nous avons pris la banane flambée et un peu de sorbet.

Notre avis

Comme vous pouvez le voir sur les photos, les portions sont plus que généreuses (de quoi décourager les petits estomacs et ravir les plus gourmands) ! Nous avons parfois eu du mal à terminer… La présentation des plats, quant à elle, reste très simple mais nous avions réellement envie de nous jeter dessus !

Au niveau gustatif, il est vrai que nous avons trouvé le plat au poulet un peu trop salé. Pour le reste, nous nous sommes régalées. C’est une cuisine authentique et vraie, cuisinée avec le coeur et servie sans chichis.

Atahualpa : une ambiance au top

Sachez également qu’un groupe de musique latine se produit tous les vendredis et samedis dès 20h30. Vous aurez peut-être même la chance d’entendre Franklin pousser la chansonnette ! Sa revisite de Despacito nous a conquises (qui l’eût cru ?) ! Nous n’avions  d’ailleurs qu’une seule envie : enfiler un poncho, monter sur scène et souffler dans une flûte de pan ! Ahahah.

Attention : le volume est assez élevé donc n’espérez pas entamer une conversation sérieuse à ce moment-là ! Vous n’aurez plus qu’une solution : reprendre en choeur La Bamba. C’est ce que nous avons fait !

Para bailar la bamba
Para bailar la bamba se necesita una poca de gracia
Una poca de gracia pa’ mi pa’ ti y arriba y arriba
Ah y arriba y arriba por ti seré, por ti seré, por ti serééééééé 

En résumé

Si vous cherchez de l’exotisme le temps d’une soirée, foncez chez Atahualpa ! Vous passerez à coup sûr un agréable moment.

Pauline & Margot

IMG_9598

 

Atahualpa
Rue Souverain Pont, 16 à 4000 Liège
Page Facebook
Site internet 

 

 

 

 

On a testé : Un cours de cuisine chez Takimy

Attention les gars… Aujourd’hui, on va vous faire saliver (enfin on espère, ahah) ! Si vous n’êtes pas fans de la cuisine asiatique, vous pouvez passer votre chemin parce que notre article est clairement une déclaration d’amour à cet art culinaire (rien que ça) !

Il y a quelques semaines, nous avons eu la chance d’être invitées à un cours de cuisine chez Takimy. Cette nouvelle épicerie asiatique située en Outremeuse est notre dernier coup de coeur et il nous tardait de vous en parler ! Le but était évidemment d’apprendre à réaliser quelques plats mais nous n’avons pas hésité à parcourir TOUS LES RAYONS du magasin. C’était plus fort que nous.

Le cours

Aux commandes : Kim et My. Ce duo mère-fille a de l’énergie à revendre et leur bonne humeur a tout de suite donné le ton. Nous étions 10 élèves consciencieux et la sauce a tout de suite pris entre nous (jeu de mots relou, bonjour) !

IMG_9501
Pauline salive déjà

Nous avons été accueillis autour d’un apéro composé de mises en bouche (des raviolis frits à tomber) et d’un cocktail à base de ginger beer. Déjà là, nous étions conquises.
On garde jalousement la recette du cocktail pour épater nos amis aux prochaines soirées.

IMG_9506IMG_9508

Les choses sérieuses ont ensuite pu commencer. Nous avons appris à cuisiner un potage pékinois piquant ainsi que des nouilles sautées au poulet. Enfin… ça c’était sur papier. Car Kim nous a aussi appris à sublimer rapidement et simplement des scampis et un magnifique morceau de bœuf irlandais (que voulez-vous, elle adorait notre groupe).

 

 

 

 

IMG_9550
Potage : poulet, pousses de bambou, shiitake, tofu, oeuf

IMG_9559

IMG_9563
Le souvenir de ce boeuf nous fait encore saliver… 

Notre avis

Cuisiner asiatique, c’est bien plus qu’exécuter à la lettre une recette. Nous avons bien souvent du mal à reproduire à l’identique les plats emblématiques de là-bas ! Grâce à Kim et My, nous avons appris un tas de trucs et astuces : comment rendre le poulet si tendre, quel est le secret d’un bon bouillon, comment trouver le parfait équilibre entre sucré, salé, acide et piquant… Selon nous, c’est ce qui fait la qualité d’un cours de cuisine !

IMG_9547
Quand on vous dit que nous étions des élèves consciencieux… 

Quant à nous, nous nous sommes vraiment éclatées ! Images à l’appui :

 

 

 

 

IMG_9572
Faire sauter les légumes : tout un art !

Alors évidemment, le fait de pouvoir faire nos achats dans la boutique après le cours est un gros plus ! Nous nous sommes tous rués sur les produits utilisés pour pouvoir les cuisiner chez nous et en faire profiter nos proches.

IMG_9496

N’hésitez d’ailleurs pas à pousser les portes de chez Takimy ! L’accueil est super chaleureux et le personnel répondra à toutes vos questions avec plaisir (histoire de ne pas repartir avec des oeufs de 100 ans sans savoir ce dont il s’agit, ahahah).

En plus de la nourriture, vous trouverez aussi de la vaisselle, des couteaux de qualité à prix abordable et de nombreux thés (dont ceux de la MAISON BOURGEON, oui oui).

IMG_9488IMG_9494IMG_9490

IMG_9491

IMG_9493
Plus besoin de les commander en ligne… Foncez chez Takimy !

Intéressé(e) ?

Les dates des différents cours seront annoncées sur Facebook mais n’hésitez pas à les contacter. Sachez également que vous pouvez organiser un cours chez vous ! Le nombre de participants n’est alors pas limité mais pensez tout de même au confort de vos convives :-)…

Prix : à partir de 40 euros / personne
10 participants maximum

Il ne nous reste plus qu’à remercier Kim et My de nous avoir fait confiance et de nous avoir accueillies si chaleureusement. Quant à vous, chers lecteurs, nous comptons sur vous pour vous ruer sur les prochains cours !

Pauline & Margot


16998104_159290001251023_4130785099149697200_n.png

Takimy
Rue Louis Jamme, 37 à 4000 Liège
Page Facebook

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos créateurs mis à l’honneur #6 : Stéphanie et Joaquin

Elle s’appelle Monsieur… Le nom de cette marque liégeoise vous intrigue aussi, n’est-ce pas ? Puisque notre curiosité a été titillée, nous avons rencontré les deux personnages hauts en couleur à l’origine du projet. Une chose est sûre : Stéphanie et Joaquin sont bien décidés à faire bouger le milieu (liégeois) de la mode !

19030237_451191638576371_4167093548389184838_n

Que se cache-t-il derrière Elle s’appelle Monsieur ?

C’est au sein des Ateliers Dony qu’a eu lieu notre rencontre. Ce berceau de la créativité accueille l’atelier d’Elle s’appelle Monsieur et bien d’autres encore ! Si vous ne connaissez pas cet endroit , vous trouverez toutes les infos ICI.

IMG_9391

IMG_9393
L’atelier où les cerveaux de Steph et Joaquin entrent en ébullition…

Après un petit tour du propriétaire, nous sommes rentrés dans le vif du sujet et avons demandé à notre deux créateurs de décrire leur label en quelques mots :

J- C’est une marque de prêt-à-porter féminin haut de gamme, éthique, éco-responsable et surtout tendance.

S- Au niveau du style, c’est vraiment le reflet d’un caractère. Quand on a choisi notre mannequin, on savait qu’on voulait une nana festive, avec une voix un peu rauque (rires). Et avant même qu’elle ne parle, tu vois qu’elle a un caractère bien trempé. Notre marque vise la femme active qui jongle entre vie professionnelle et vie privée. Un vêtement « Elle s’appelle Monsieur », c’est un vêtement qui accompagne la femme dans tous ses moments.

IMG_9398

En réalité, il est bien difficile de se limiter à quelques mots seulement ! La marque est le véritable reflet des valeurs personnelles du duo : consommer moins et mieux. Pour ce faire, Stéphanie et Joaquin travaillent avec des artisans de Liège, utilisent des matières naturelles et/ou issues de l’agriculture biologique et produisent « à la commande ».

IMG_9389
Enorme coup de coeur (huhu) pour ce sweat !

De plus, les vêtements sur lesquels vous avez flashé pourront évoluer au fil des capsules ! Un nouveau patch par-ci, un ajout de tissu par-là… Ils sont pensés pour être réinventés à l’infini et ainsi devenir des pièces maitresses de votre dressing.

La collaboration avec Pascal Braconnier a donné naissance à des patches super chouettes !

Le commencement

Dès les premières minutes, nous avons été interpellées par les caractères si différents de Stéphanie et Joaquin. Pourtant, force est de constater que ces deux-là font la paire ! Nous leur avons d’ailleurs demandé de nous conter leur rencontre…

S- On s’est rencontrés à l’école dans la période critique du jury de fin d’année où tout le monde est à bout de nerfs. On a rigolé, on a tout de suite accroché !

J- Mais même début d’année, j’avais déjà repéré Stéphanie dans la cour, elle était drôle, elle fumait ses clopes !

S- On me prenait même pour une prof tellement j’étais grande, on m’appelait Madame (rires). Bref, on s’est perdus de vue et l’on s’est retrouvés il y a deux ans aux Brussels Fashion Days. En papotant, nous avons partagé nos envies, notre vision des choses et de la mode.

J- Nous étions d’accord pour dire que la mode, c’est plus qu’un métier. Tu choisis ça par passion et parce que ça t’appelle, c’est en toi. Et quand tu es créatif, tu as ce besoin de créer. Peu importe ce que tu fais.

S- On en est arrivé à la conclusion que trouver un emploi dans la mode c’est quasi mission impossible. Je viens d’une famille d’indépendants donc pour moi cela coulait de source d’être à mon compte. En plus, on ne se voyait pas du tout faire la mode que l’on voit maintenant chez la plupart des créateurs.

S- En mettant nos idéaux en commun, nous avons construit petit à petit notre idée et nous avons fait des recherches sur la mode éthique, la mode éco-responsable. Nous avions aussi notre expérience en tant que consommateurs. Sur le marché, il y a des marques éthiques qui ne proposent que des basiques et des marques qui proposent des trucs plus fun mais qui sont produits en Chine dans des matières dégueulasses (oupsi).

J- Il fallait aussi proposer quelque chose de cohérent au niveau du style parce que nous avons des univers très différents. Dans chaque pièce, il y a un peu de nous deux. Moi j’adore les matières vaporeuses, les grands créateurs comme YSL, les années 50, Balenciaga… Christian Lacroix aussi parce qu’il a toujours utilisé des milliards de couleurs dans ses collections. Plus c’est folklorique, ethnique et coloré, plus j’aime. Stéphanie, plus c’est norvégien, mieux c’est (rires).

S- C’est vrai… J’aime les trucs super épurés, super droits.

J- Je suis aussi passionné par le maquillage, la coiffure, les bijoux… On apprécie tous les deux les belles choses mais c’est vrai que j’aime généralement les choses attribuées aux femmes. Stéphanie, c’est le rock’n’roll et les grosses motos (rires) !

S- J’ai plus un caractère de garçon. J’essaye d’ailleurs de l’initier à la bière parce qu’il dit tout le temps que je bois comme un bonhomme.

1834174

Stéphanie et Joaquin

Et maintenant, place à la pêche aux questions ! Vous connaissez le principe : trois enveloppes, trois thématiques différentes et des révélations parfois croustillantes…

L’homme / la femme

Viande ou poisson ?

S- Surtout viande. C’est génétique chez nous, nous sommes de vrais carnivores. Mais je dois dire que c’est de moins en moins souvent…

Bière ou vin ?

J- Je ne bois pas beaucoup de vin même si je trouve ça très bon. Pareil pour le vin. Donc disons vin en mangeant et bière en sortie !

Quelle chanson te donne envie de danser ?

S- A peu près toutes les chansons fun possibles et imaginables. J’adore Earth, Wind & Fire. Cela m’a déjà valu quelques crises de mère parce que j’ai tendance à oublier où je suis quand j’entends une de leurs chansons. Je me suis déjà déhanchée avec mon caddie dans un supermarché (rires).

Selon toi, qu’est-ce qu’une soirée réussie ?

J- Pour moi, c’est de très bons amis, de grandes discussions, des fous-rires, de la danse jusqu’au petit matin… et beaucoup d’alcool !

Quelle est la dernière chose que tu as faite avant de te coucher ?

S- Lire. Je lis pour la quatrième fois au moins Just Kids de Patti Smith. Je suis assez stressée en ce moment donc j’ai besoin de ce livre qui me plonge dans un certain état d’esprit.

Si tu devais mourir demain, que ferais-tu ?

J- Ohhhhh j’adore cette question !!! Je dessinerais toute la nuit, je me mettrais une mine pas possible (décidément…) et je téléphonerais à des gens qui sont très loin de moi mais que j’aime très fort. Je ferais aussi des trucs complètement loufoques qui n’ont ni queue ni tête.

L’artiste

16796945_390666171295585_957014189765893113_o

Quel est votre prochain projet ?

J- Notre prochain projet, c’est de mettre sur pied notre propre atelier avec nos couturières et une machine à tisser. On aimerait fonctionner en économie circulaire pour tout gérer du début à la fin et exploiter un maximum notre savoir-faire liégeois.

Si tu n’étais pas un(e) artiste, quel autre métier aurais-tu choisi ?

S- Ca va un peu de pair… Quand j’étais jeune, j’ai beaucoup travaillé dans l’événementiel et j’étais passionnée par le sport automobile. Donc je pense que j’aurais travaillé dans l’événementiel parce qu’on garde un côté créatif.

J- Je me serais dirigé vers les langues, j’aurais exploité ça d’une manière ou d’une autre.

Quel artiste t’inspire le plus ?

J- Rhen, j’en ai des tas, je ne peux pas choisir ! Je peux en citer deux ? Alors d’abord, Marina Abramovic. C’est une artiste contemporaine qui réalise des performances où elle teste les limites du corps. L' »oeuvre » la plus connue est celle où elle mange un oignon tout en récitant un texte. Tu la vois pleurer à gros sanglots. Elle est aussi restée assise pendant un mois dans la salle principale du MET à New-York. Ses fans sont venus la voir et ils pouvaient rester une ou deux minutes devant elle, à la regarder droit dans les yeux. Dépasser ses limites physiques et même psychologiques, ça me fascine !

Et puis…. LADY GAGA ! Je suis ultra-fan. Je trouve que c’est une femme excessivement intelligente. Je conseille à tout le monde d’écouter ses musiques sans les paroles par exemple. C’est vraiment une référence dans la pop actuelle.

S- Bowie ! C’est le mec qui a tout exploré : la chanson, l’esthétique, l’art. Il est complet.

Liège

Cite-nous un endroit de Liège où tu te sens dépaysé.

J- Ce sont les espaces verts en général. J’adore le parc de la Boverie parce que c’est une madeleine de Proust pour moi. Et Les Coteaux aussi ! Tu peux t’y perdre, tu te crois à la campagne. C’est dommage de ne pas en parler plus…

S- Moi c’est chez Rosa, en Outremeuse. Tu peux me laisser là tout la journée et j’oublie que je suis à Liège. Je bois ses merveilleux cafés et je me crois en Italie. Sinon je pense aussi aux deux toutes petites ruelles qui vont du quai de la Batte à la rue Cathédrale (anciennement rues des filles de joie). Elles ont été entièrement tagguées et on pourrait s’imaginer dans une grande ville.

Un endroit de Liège où boire une bonne bière ?

J- J’adore les bières qu’on propose au Warzone ! Avec l’ambiance générale, les jeux, la musique…

Facebook du Warzone

S- Je suis une super mauvaise buveuse de bières parce que je ne tolère QUE la Jupiler… Je dirais à L’esca ! C’est vraiment un café d’ados mais j’y suis sentimentalement attachée… Et puis une bonne bière, c’est avant tout une bière partagée avec les copains !

Où prendre un goûter ?

S- Chez En ville, pour le pain perdu ! Quand tu as passé une mauvaise journée, c’est juste le bonheur ! Ça a ce côté réconfortant et régressif que j’adore. 

Facebook de En ville

J- Chez Les Cuistots ! Le gâteau à la semoule est délicieux. Et les baklavas aussi ! Ah mais moi je pourrais parler de sucre pendant des heures…

Facebook de Les Cuistots « Bistrot à mezzes » 

Pour terminer

téléchargement
Une belle brochette !

Et en tant qu’amoureuses de Liège, nous ne pouvons que soutenir ce beau projet ! Si cela vous tient aussi à cœur, sachez que Stéphanie et Joaquin ont lancé une campagne de crownfunding pour financer leur 2ème collection capsule. Vous avez jusqu’au 18 juillet pour participer :-).

Cliquez vite sur le lien : https://crowdin.be/projet-crowdfunding/ellesappellemonsieur

Page Facebook d’Elle s’appelle Monsieur
Site internet

Sur ces belles paroles, nous vous donnons rendez-vous très vite pour de nouvelles aventures…

Pssssttttt : Steph, Joaquin, à bientôt autour d’un verre ? 😀

Pauline & Margot

 

 

 

 

Nos entrepreneurs mis à l’honneur #3: Rafael et Quentin de Mc & Quak

Il y a quelque temps, nous avons rencontré deux chouettes gars, Rafael et Quentin! Leurs lampes sont canons, originales, et se déclinent à l’infini (un peu comme nous au final!).

Mc & Quak, c’est quoi?

IMG_9030
crédit photo: Mc & Quak

Rafael: Tout a commencé il y a environ 7 ans: je regardais l’émission CCVB (Comment ça va bien) et on y voyait un gars, gérant d’un hôtel à Paris, qui avait créé des Bottle Lamp pour chacune de ses suites. A l’époque, j’aimais déjà le whisky; j’avais une vielle bouteille de Single Barrel (Jack Daniel’s) qui traînait chez moi. Ni une ni deux, je me suis lancé dans la confection de ma première lampe. C’était un truc horrible (rires), mais je l’ai gardée, c’est un chouette souvenir. Plusieurs amis m’ont ensuite demandé de leur en faire, pour offrir lors d’anniversaires ou autres. C’est ainsi que l’aventure a commencé.

Quentin: Mais ce n’est que quelques années plus tard que l’on a vraiment décidé de se lancer dans ce projet en tant que Mc & Quak. Après nos journées de travail, on passait souvent du temps ensemble, Raf et moi. On passait généralement nos soirées à boire un verre, ou à jouer à la console. Ayant fait tous les deux des études de marketing, on voulait se trouver une activité complémentaire et se lancer.

IMG_8823

Rafael: On s’était dit qu’un jour on lancerait un projet qui s’appelle Mc & Quak! On avait au moins le nom (rires)

ndlr: Mc & Quak est en fait le surnom de Rafael et Quentin. On ne va pas vous donner leur origine, leur réputation en dépend!

Rafael: J’ai donc proposé à Quentin de reprendre l’aventure des Bottle Lamp, de manière plus sérieuse et concrète. On pouvait essayer de tâter le terrain…

Quentin: C’est pendant l’été passé que l’on a vraiment commencé à se lancer dans la création de bouteilles: poser des questions à gauche à droite, parler du design, demander des avis… Mais c’est pendant les fêtes de fin d’année que l’on a lancé le concept Mc & Quak, avec des visuels plus travaillés, la création de notre page Facebook etc.

Rafael: On avait déjà fait une quinzaine de lampes auparavant mais c’est grâce aux réseaux sociaux, après avoir posté et partagé nos lampes, que l’on a pris conscience de la réelle demande qu’il y avait pour nos lampes.

Quentin: C’est vrai qu’au début c’est le bouche à oreille « classique »  (famille, amis, région) qui a fonctionné. Une fois la page Facebook lancée, nos demandes ont pris de l’ampleur.

Rafael: Depuis, on fait de salons, on essaye de s’affilier avec eux (Whisky Live, Salon du Gin, Salon du Rhum…). Ces affiliations nous permettent entre autres de récupérer pas mal de bouteilles, parfois rares. On a désormais une belle cave avec de chouettes variantes pour les bouteilles.

IMG_8816

Quentin: Finalement, il y a aussi un côté écologique, car au lieu de jeter ces bouteilles, on les récupère et on leur offre une seconde vie. Et ce qui est chouette, c’est de récupérer des bouteilles d’exception que l’on ne trouve pas souvent.

Rafael:  Les restaurants et d’autres établissements sont heureux de pouvoir se débarrasser de leurs bouteilles. Nous, de notre côté, nous pouvons exposer nos lampes chez eux, ce qui nous offre une belle visibilité. C’est du win win!

Quentin: Les particuliers peuvent également nous rapporter leurs bouteilles (je pense à un client qui a rapporté ses propres bouteilles de vin par exemple).

C’est parti pour les questions!

L’ENTREPRENEUR

  • Décrivez votre travail en trois mots:

Rafael: écologique – neuf – artistique

Quentin: transformation – personnalisé – récupération

  • Quel est votre prochain projet ? 

Rafael: Notre travail est unique pour l’instant, mais nous aimerions aller plus loin. On travaille le verre mais l’on a besoin de quelqu’un qui travaille une autre matière, comme le bois ou le métal.

Le projet que j’aimerais vraiment bien voir aboutir maintenant et qui se met en place serait avec Palettophile (pour leur interview c’est par ici) , avec une création de socles en bois ou de luminaires suspendus. C’est vraiment le projet qui nous tient le plus à cœur.  On aimerait bien entendu diversifier nos créations et notre offre.

On a également une amie qui souhaiterait offrir une lampe avec un rétro-éclairage qui sublimerait une bouteille de la marque LieGIN. C’est un chouette projet que l’on a hâte de réaliser.

 

Quentin: Evidemment, concernant les autres projets, on aimerait aussi développer notre site internet. Au final, ça avance un petit peu comme nous: au jour le jour.  Mc & Quak, ça reste un peu cela: on arrive, on voit comment ça se passe (projet ou autres) et puis on garde, ou on évolue…

  • Quel artiste vous inspire le plus?

Rafael & Quentin: On n’a pas spécialement d’artistes mais on écoute pas mal de musique et ça nous motive beaucoup!  (ndlr: Doit-on vous dire que Rafael a avoué écouter Gitano de Kenji Girac?). Mais au niveau de notre projet, on ne s’inspire pas d’artistes, on papote ensemble et on mixe nos idées, c’est tout.

  • Qui aimeriez-vous avoir comme client?

Quentin: Ce weekend, on a rencontré l’ambassadeur d’Europe de chez Hendrick’s qui est venu s’acheter une lampe. J’avoue que ça fait plaisir! Généralement, les gérants des différentes marques nous écrivent pour nous féliciter lorsque l’on utilise leurs bouteilles pour des lampes.

Rafael: Maintenant, j’avoue qu’un petit Romeo Elvis (parce qu’on l’écoute beaucoup pour le moment) nous ferait grandement plaisir. Ou tout simplement une personne que l’on admire, proche de la région… ça c’est pour le petit plaisir personnel.

  • Un conseil aux jeunes entrepreneurs?

Rafael: Un conseil? Un conseil avisé du jeune marketeur qui vous dirait : « Faites une étude de marché et une étude qualitative »? Mais non, il faut le faire avec passion. Vous allez vous prendre des claques, des stresses, il faut s’accrocher, ne pas avoir peur.

Quentin: Nous nous sommes lancés sans vraiment réfléchir, malgré nos études. Et même avec ces études, on se sent toujours un peu perdu. Je veux souligner qu’il y a beaucoup d’aide et que ce n’est pas compliqué de le faire. Il suffit d’être motivé.

L’HOMME

IMG_9029
Et ça pose… (crédit photo: Mc & Quak)
  • Quelle chanson vous donne envie de danser?

Rafael: Celle que j’aime beaucoup pour le moment, c’est la dernière d‘Henri PFR (Flames. (ndlr: Nous, on trouve qu’il est impossible de danser sur cette chanson, à moins d’être au ralenti).

Quentin: Panda, de Desiigner.

  • Selon vous, un homme devrait toujours…

Rafael: Rester fidèle à ses amis!

Quentin: Ben ça me semble très bien ça, Raf!  Heu, ça va être bateau: poursuivre ses rêves! (ndlr: Il assume totalement cette réponse.) 

  • Racontez-nous une blague: 

Quentin: Comme ça sans réfléchir? J’en ai une mais elle est vraiment très nulle.

« C’est un homme qui rentre dans un café et plouf »

Silence gêné dans la pièce…

Rafael: Pourquoi t’as fait celle-là?

Quentin: (qui s’enfonce) Attendez c’est pas fini:  » C’est un homme qui rentre dans un bar, et puis dans un table, et puis dans une chaise, et puis dans un tabouret. Chute »

giphy

Pour leur défense, ils n’ont pas eu de temps de réflexion. Faute d’avoir une vraie bonne blague, on a décidé d’écouter quelques blagues de Renaud Rutten.

  • Quelle est la dernière chose que vous avez faite avant de vous coucher?

Enoorme silence… (bon du coup on s’attendait à du croustillant, même pas!)

Rafael: Hier soir, on a bossé sur les lampes, on a mangé ensemble, puis je suis rentré chez moi et j’ai regardé Doomsday (un Mad Max de bas-étage). Puis je suis allé me coucher. Rien de très trépidant…

Quentin: J’ai fait la même chose. Sauf que j’ai regardé Suicide Squat. (ndlr: S’en suit un débat sur le film et le Joker – et puis sur Batman)

  • Un fashion faux-pas?

Rafael: Les chemises manches courtes ou les bottes blanches pour les femmes, c’est le pire! Et en bonus: la chemise dragon.

Quentin: Ou avec le tigre!

LIEGE

  • Où prendre le soleil?

Rafael: Dans les coteaux, y a vraiment moyen d’être bien là-bas. Tu craques une bière à la Brasserie Curtius en montant ET en descendant, c’est pas mal.

Quentin: Au Jardin Botanique moi j’aime bien. Je n’irai peut-être plus m’y poser comme à l’époque, mais c’était vraiment un chouette endroit!

  • Où boire un cocktail?

Rafael: J’aime bien l’Atelier du Gin, enfin même si ce n’est pas vraiment un « cocktail ». Ils arrivent avec un petit plateau sur roulettes avec beaucoup d’ingrédients et l’on peut faire son choix.

Quentin: C’est super chouette, c’est accompagné de Tonics spécifiques (j’en avais eu un mentholé) et l’on peut goûter le Gin avant de boire le cocktail. Et puis les accompagnements sont chouettes (grué de cacao par exemple). Le prix est vraiment raisonnable pour la qualité.

  • Où manger de façon atypique?

Rafael: Moi j’aime bien aller au Thème (Impasse de la Couronne).

Quentin: Eh bien je ne sais pas! J’aime plutôt la cuisine traditionnelle. Mais j’ai fait une chouette activité une fois sur Liège: c’est une table, chez un traiteur où l’on apprend à cuisiner! Très sympa! Mais je ne retombe pas sur le nom…

  • Où goûter?

Rafael: Pfff j’en sais rien! Quoique… Ils font de supers bons sandwiches chez André (jambon à l’os coupé au couteau). Un bon jambon beurre avec un petit peu de moutarde… Miam!

Quentin: Mais heuuuu c’est pas un goûter.

Rafael: Ben quoi genre tarte aux riz? Moi je ne goûte pas hein! Le goûter c’est l’apéro des tapettes!

(Rappelons que Pauline goûte tous les jours à 16H pile, c’est son moment sacré!)

Le mot de la fin.

IMG_9032
On s’amuse comme des fousfous!

C’est sur ces bonnes paroles que notre interview se termine (nooooooon pas déjà!) On vous avoue qu’on a tiré celle-ci en longueur: Quentin et Rafael sont restés plus de 7h autour de notre table, discutant de leur projet, chantant des chansons de merde, nous défiant aux jeux vidéos…

Envie d’une lampe Mc & Quak? Allez jeter un oeil sur leurs Instagram et page Facebook:

Facebook
Instagram

Envie d’une lampe Mc & Quak offerte par nos deux gentilshommes? Foncez participer à notre concours! A gagner: une lampe au choix 🙂 C’est CA-DEAU!!

a step-by-step guide to setting up shop

Ciaooooo,

Pauline & Margot