On a testé… l’entomophagie !

Bon ok, on avoue que le but du titre était de se la péter un peu…

Mais si cela vous dit d’ouvrir une parenthèse culturelle, sachez que le mot ENTOMOPHAGIE vient du grec ancien : entoma (= insectes), entomos (= cisaillé, taillé), phàgos (=mangeur). L’entomophagie est le fait de consommer des insectes ! (Voilà. Tout le monde s’endormira un peu moins bête ce soir.)

Pourquoi parler d’entomophagie ?

Il est vrai que nous n’étions pas spécialement réjouies à l’idée de croquer dans une larve ou un criquet mais l’alimentation à base d’insectes fera peut-être partie de notre quotidien d’ici quelques années.

Vous n’êtes pas sans savoir que la population mondiale grandit à vue d’oeil et la demande en viande fait de même. Le problème est que nous n’aurons bientôt plus assez de place pour ce type d’élevage ! Il est donc grand temps de trouver une alternative et la consommation d’insectes semble en être une. En effet, leur élevage demande peu d’espace et pollue beaucoup moins. Sans oublier le fait que les insectes sont très riches en protéines… Alors pourquoi ne pas tester dès maintenant ?

Notre expérience chez Les bouchers verts

Cela faisait quelques semaines que nous voulions nous rendre chez Les bouchers verts. Cette brasserie d’un nouveau genre a pris ses quartiers rue de la Madeleine et propose une cuisine à base d’insectes OU végétarienne (pour les plus frileux).

Courageuses mais pas téméraires, nous avons choisi d’y aller pendant l’apéro du Val’heureux. Nous étions ainsi certaines de pouvoir boire une ou deux bières avant de gober une quelconque petite bête !

Nous avons tout de suite été séduites par le cadre (grandes vitres, moulures sur le plafond, carrelage ancien, jolis vitraux). L’endroit était déjà pris d’assaut à notre arrivée et nous avons décidé de partager une table avec de charmants inconnus.

Pendant l’apéritif, des toasts ainsi que des petits chocolats circulaient entre les tables. Nous avons vite repéré les larves de ténébrions sur le chocolat (qui rajoutaient du croustillant) mais impossible de deviner les ingrédients des toasts !

img_3179img_3199img_3201

Nous avons ensuite commandé une brochette de criquets pour deux. On voulait de la bête entière, on en a eu ! La texture était assez agréable puisque les insectes avaient à nouveau ce petit côté croustillant. Le goût, quant à lui, nous a rappelé la noisette. Les saveurs étaient relativement simples mais c’était très sympa.

Pour le plat, nous sommes toutes les deux parties sur le burger classique. C’est de la farine d’insectes qui est utilisée pour réaliser le « patty » et nous avions donc l’impression de manger un burger classique et ULTRA GOURMAND. C’est une très bonne idée pour avoir son apport en protéine !

Nos compagnons de table ont opté pour une assiette « découverte » qui n’avait pas l’air mal du tout !

img_3227

Si vous avez envie de tenter cette expérience culinaire à la maison, sachez que vous pouvez également y acheter des insectes ou des préparations à base de ces derniers. Rien de tel pour surprendre vos invités ! (A vous de voir si vous les prévenez avant ou après dégustation, ahah..)

En conclusion

Nous avons vraiment passé une excellente soirée et ne regrettons pas d’avoir poussé la porte de chez Les bouchers verts ! L’endroit et les plats reflètent parfaitement leurs convictions et nous donnent envie de suivre le mouvement.

C’est donc les yeux fermés que nous vous recommandons cette nouvelle adresse. Alors, allez-vous tenter l’expérience ?

Pssssttttt : Ils organisent également un atelier cuisine le 25 février. N’hésitez pas à vous inscrire ICI.

Les bouchers verts
Rue de la madeleine, 33 à 4000 Liège
Ouvert du mercredi au dimanche
Page Facebook

On a testé… l’effet « Sainte Nitouche »

L’apéro est un moment sacré pour nous, ce n’est pas un secret. Réunir des amis autour d’une table et profiter de la vie : on ADORE. Ajoutons à cela du saucisson, du fromage, une bonne bière et nous sommes comblées…

Notre amour de l’apéro (pour ne pas dire de l’alcool, ça ferait mauvais genre) est tel que nous avions envie de mettre le travail d’une brasserie à l’honneur ! Après quelques recherches, nous avons poussé les portes d’une brasserie de Beyne-Heusay. Le nom de leur bière nous intriguait fortement, nous voulions en savoir plus !

Une chose est certaine : la bière Sainte Nitouche a conquis notre coeur et notre foie !

Photo brasserie (7)
Crédit photo : Brasserie de la Croix

Derrière la Sainte Nitouche se cachent un brasseur passionné, Vincent, et son beau-frère, Vincent. Inutile de préciser que ces deux prénoms facilitent grandement les choses au moment de commander! Tu cries « Vincent, une bière stp! » et tu es certain(e) de l’avoir (avec un peu de chance, tu en as même deux, hèhè).

Bref, revenons-en à nos houblons.

La naissance d’une Sainte Nitouche

La Sainte Nitouche est avant tout l’histoire d’un garage et d’une bande de potes. Vincent concocte son  breuvage pour les apéros : une bière forte mais facile à boire… Les traits de caractère d’une vraie sainte nitouche, en somme !

C’est d’ailleurs au détour d’une conversation de garage qu’est évoqué le nom « Sainte Nitouche« . « Vincent, ta bière n’y parait pas mais elle fait tout son effet ! » Eh voilà, c’est aussi simple que ça : la Sainte Nitouche est née !

La bière connait un franc succès et les quantités commandées par-ci, par-là augmentent fortement… La société voit alors le jour en 2014 et 2015 est la première année complète de production pour Vincent (500 hectolitres au total!).

BRASSEUR VL
Vincent, brasseur / modèle photo à ses heures perdues 😉 Crédit photo : Brasserie de la Croix

Notre expérience

Après une journée de boulot, nous n’attendons qu’une chose : notre visite de la brasserie. Coincées dans les bouchons, nous trépignons d’impatience et envoyons un sms : « Nous serons légèrement en retard… coincées dans les bouchons! » Réponse des intéressés : « On vous attend. On est déjà à l’apéro. » OK, le ton est donné. Nous allons passer un très bon moment.

IMG_3756
Margot, bien trop pressée d’arriver…
IMG_3758
L’effet « apéro » : grands sourires, filles épanouies

Accoudées au bar (des années d’expérience au compteur), nous buvons les paroles des deux Vincent… Mais pas que… Bah oui ! Nous nous devions de goûter les différentes bières, conscience professionnelle oblige… Et vous vous doutez bien que nous nous sommes ré-ga-lées…

IMG_3788IMG_3789

Les bières proposées par Vincent ont la caractéristique d’être longues en bouche et très équilibrées. Nous avons d’ailleurs été séduites dès la première gorgée. La gamme est également pensée pour que vous trouviez toujours la bière qui correspond à vos goûts/à un moment de la journée/à une occasion…

Profitons-en pour vous la présenter :

IMG_3782

Sainte Nitouche – bière blonde, 9,5%
Légèrement houblonnée, goût floral et rond, avec une pointe d’amertume
Notre avis : Celle-ci est vraiment notre coup de coeur. Elle se boit tellement facilement que nous la prenons pour une petite blonde innocente… Grave erreur !

Sainte Nitouche Blondinette – bière blonde, 6%
Plus houblonnée, avec une amertume plus prononcée. « Bière de soif », selon nos guides
Notre avis : Plus difficile à appréhender à cause de son amertume, elle n’en reste pas moins une super blonde, très rafraichissante.

Sainte Nitouche du Verger – bière blonde aux fruits, 4,5%
Composée à 30% de jus de pomme, goût de cidre/bière en bouche
Notre avis : La Sainte Nitouche du Verger est la bonne surprise de notre dégustation! Nous reprochons souvent aux bières fruitées d’être trop « artificielles », de ne laisser qu’un horrible goût sucré en fin de bouche… Honnêtement, nous n’étions donc pas trop emballées à l’idée de la goûter… Mais le fait de rajouter du vrai jus de pomme change la donne. C’est léger, frais, gourmand et… pas trop sucré!  Nous avons appris que le vrai jus de fuit refermente en bouteille. Si on ne stoppe pas cette refermentation, 100% des bouteilles explosent. Les brasseurs jouent donc avec des arômes et du sucre pour éviter ce travail supplémentaire… Remercions le côté rebelle de nos Vincent ! Nous sommes réconciliées avec les bières fruitées.

Sainte Nitouche Brunette – bière brune, 8%
Goûts de café, réglisse et chocolat, légère astringence
Notre avis : Une bière brune très agréable qui révèle des facettes différentes selon la température de dégustation.

Et leur dernier bébé : Sainte Nitouche Blanche – bière blanche, 6%
Très équilibrée, notes d’agrumes
Notre avis : Nous n’avons pas eu la chance de la déguster mais cela ne saurait tarder ! Nous sommes certaines qu’elle sera votre prochain allié de l’été !

La visite de la brasserie

Figurez-vous que nous avons dû nous avouer bien naïves ! Saviez-vous que beaucoup de brasseries ne brassent pas elles-mêmes leur bière ? Non ? Eh bien nous non plus ! Le terme « brasserie » ne veut pas dire grand chose… La brasserie de la Croix, elle, est une brasserie avec un grand B ! Nous étions donc encore plus enchantées de pouvoir découvrir leur travail…

IMG_3773
Qui est la plus sainte nitouche des deux ?

Nous allons éviter de vous décrire en long et en large les différentes étapes de fabrication d’une bière mais c’était un réel plaisir d’écouter Vincent nous parler avec passion de son travail!

Photo brasserie (3)
Crédit photo : Brasserie de la Croix

Photo brasserie (4)

Crédit photo : Brasserie de la Croix

INVESTISSEMENT 2016 (3)

Crédit photo : Brasserie de la Croix

IMG_3776

Intéressé(s) ?

Les revendeurs de la Sainte Nitouche se multiplient et vous n’aurez pas trop de difficulté à en trouver un près de chez vous (pour le listing complet des revendeurs, cliquez ici).

Si vous en avez l’occasion, nous vous conseillons fortement de vous rendre à la source ! La brasserie est ouverte au public tous les vendredis de 17h à 19h. Pour beaucoup, la brasserie est devenue LE rendez-vous incontournable pour terminer la semaine en beauté! On se voit là-bas ? 🙂

Gagnants du concours

  • Lot « Come on Belgium » (à boire pour oublier notre défaite) : Tiph Hubert
  • Lot « découverte » : Fanny Blj

Deux gagnantes… bravo à vous les filles !!!
Comme quoi, la bière n’est pas qu’une affaire d’hommes…

Nous vous quittons avec les réponses poétiques des Vincent à notre question préférée et en profitons pour les remercier encore une fois pour cet apéro instructif et convivial !

Selon vous, une bière devrait toujours…

– être le reflet de la personnalité du brasseur ;
– être le début d’un long moment passé avec les amis.

Brasserie de la Croix
Rue des Cerisiers, 48 à 4610 Beyne-Heusay
Site internet
Facebook