Nos créateurs mis à l’honneur #3 : Badjawe

Comme on dit, jamais deux sans trois! Voici donc notre troisième article sur nos créateurs mis à l’honneur. On ne s’arrêtera pas là, on a encore quelques petites interviews en préparation… Préparez-vous 😉 !

On reste dans un esprit « mode » avec, cette fois-ci, une créatrice de badges!

Rencontre avec Claire, une badjawe pétillante qui nous ouvre les portes de son petit monde, très… wallon.

© Barbara Brixhe (5)
Copyright: Barbara Brixhe

Pourquoi on aime?

On pourrait même dire « Pourquoi on L‘aime? » Car derrière ces créations, il y a Claire. Tellement sympa, tellement énergique, une bonne vivante, une liégeoise comme on les aime! C’est donc avec un énoooorme sourire aux lèvres que l’on vous parle de l’un de nos petits coups de coeur du moment!

Badjawe, on aime parce que:

– c’est joli, c’est design et les couleurs donnent du pep’s ! ;
– ça orne parfaitement nos frigos, nos fringues, et nos sacs (parfait sur un Tote Bag!) ;
– parfois, on aime porter des gros mots! On adore Barakî d’Kèrmèsse et Clô T’ Gûeye, c’est notre côté « rebelle » ;
– c’est trop rigolo ;
– c’est assez personnel, chacun peut choisir une phrase qui lui correspond, et/ou changer son badge selon l’humeur du moment ;
– c’est une chouette idée cadeau ;
– mine de rien, c’est culturel et ça permet d’échanger  avec des inconnus: on ne dira plus « T’as pas du feu? » pour aborder le beau gosse du coin, mais plutôt « Il est écrit quoi sur ton badge? » « Tu veux voir le mien? ».

Bref, tout ça pour vous dire que cette idée de retranscrire des expressions wallonnes sur des badges et sur des aimants est tout simplement génialissime!

D’ailleurs, nous, on a craqué! Regardez comme ils sont beaux nos frigos maintenant :

Pour la petite histoire…

Claire a commencé à créer il y a un an des aimants avec des expressions en wallon… pour mettre sur son frigo ! « J’ai commencé à faire des magnets pour décorer mon nouveau frigo. Je trouvais cela drôle d’avoir une association entre mes petits aimants et certaines phrases en wallon que l’on retrouvait sur mes faire-parts (que je crée également). Mais je voulais aussi que mes magnets aient des motifs graphiques, qu’ils soient jolis sur mon frigo ».

Claire a donc réalisé ces petites créations ludiques pour elle-même… puis pour son entourage… puis pour des boutiques !
« Je ne créais que des magnets à la base. Je pense que la mode du badge n’étais pas encore développée ». Puis, les magasins ont petit à petit commencé à commander des badges. Mais BADJAWE, c’est aussi des cartes, en accord avec les motifs des badges et/ou des magnets.

badj

« Ce qui est chouette, c’est que Badjawe est « tout public ». Je pensais toucher les personnes de mon âge, qui ont la trentaine, mais au final je me rends compte que mon public est beaucoup plus large, avec des enfants, des personnes plus âgées… Les personnes âgées sont fières de voir la langue se perpétuer, et les plus jeunes craquent tout simplement car ça leur rappelle des souvenirs (grands-parents qui emploient la langue ou autres). Par exemple, il y a un magnet que je vends beaucoup aux enfants: C’èst todi lès p’tits qu’on språtche! (c’est toujours les petits qu’on écrase). »

Concernant les expressions, il faut savoir que Claire fait toujours tout « traduire »: elle a des relecteurs dans toutes les villes, qui lui traduisent, relisent,etc ses phrases. « Je fais très attention à respecter l’orthographe wallonne (picard, gaumais…) pour avoir une certaine règle, une certaine homogénéité ». Professionnelle jusqu’au bout des deût (doigts), comme on dit!

Une petite anecdote? (oui! oui! on aime trop!) :

Une dame âgée se rendait chez Hush Up (et un point de vente, un!) pour venir chercher un magnet. Claire était justement en train de réassortir son présentoir. La dame lui raconte alors qu’elle vit dans un home et qu’elle aimerait bien prendre un petit magnet pour qu’on la reconnaisse. Elle repart fièrement avec son magnet sur lequel on peut lire… Grosse bièsse!

L’interview 

Petit rappel: « Afin d’éviter les interviews un peu fades et « bateaux », nous avons décidé de fonctionner avec un système particulier : l’artiste pioche de petits papiers provenant de trois pots différents : l’Artiste, la Femme/l’Homme, Liège.  Vous aurez donc le plaisir de découvrir l’artiste, la personne, mais aussi de chouettes adresses dans notre belle ville. »

  • ARTISTE: Quel est le plus beau compliment que tu aies reçu en tant qu’artiste?

Ce n’est pas vraiment un compliment, mais plutôt deux demandes qui m’ont particulièrement touchée

La première, c’est lorsqu’une dame (qui est infirmière en gériatrie) m’a demandé pour avoir des badges avec des expressions wallonnes différentes pour égayer la journée de ses patients. Ca m’a vraiment touchée. Apparemment, la chef de service a apprécié l’idée et est peut-être intéressée de généraliser la demande pour les autres infirmiers.

La deuxième demande provient d’un peu plus loin. Une personne du côté de Charleroi m’a demandé des badges personnalisés pour demander sa femme en mariage à New York! Il lui a fait sa demande avec des expression en « wallon carolo ». Il m’a assuré que s’il le demandait avec un de mes badges, c’était un OUI assuré (rire). J’avais donc créé deux badges pour l’occasion:
Èst ç’ qui vos v’lèz bén d’ mi? (Est-ce que vous voulez bien de moi ?)
Qué chance, èle a dit qu’oyi! (Quelle chance, elle a dit oui!)

12936659_10209410073508447_3780094428096765730_n
On dirait que ça a marché!!

Ce qui me fait aussi fort plaisir, c’est lorsque des expatriés découvrent mes magnets via une revue étrangère… Ils m’écrivent généralement pour me dire qu’ils sont à l’autre bout du monde et qu’ils trouvent l’idée super chouette!

  • ARTISTE: Quelle est ta plus grande fierté?

Alors, ce n’est pas vraiment une fierté. C’est de me dire qu’il n’y a pas un aspect commercial mais plutôt un service que je rends… Cela fait énormément de plaisir aux gens.
Je ne fais pas uniquement des badges qui sont « jolis »: mes badges ravivent des sentiments, des émotions, des souvenirs. Je ne vais pas dire que c’est une fierté car d’autres l’ont fait avant moi. C’est juste le plaisir de participer et de continuer à faire perdurer le wallon, d’apporter ma pierre à l’édifice. Je les ai d’abord faits pour décorer mon chez moi, et je ne savais pas du tout dans quoi je m’embarquais.

Grâce à Badjawe, j’ai rencontré beaucoup de personnes qui se battent pour faire vivre cette langue. Le responsable du Service des Langues Régionales de Wallonie (de la Fédération Wallonie Bruxelles) a fait un chouette article en disant qu’ils étaient tous un peu perplexes au début, concernant le concept, puis qu’ils ont été bluffés car les jeunes s’intéressaient à ça et du coup, au wallon. Je ne m’étais pas dit : « Bon comment vais-je faire pour préserver le wallon (rire)? », non pas du tout.

IMG_5048
Un petit lexique pour nous aider lors du choix des badges!
  • ARTISTE: Dans quel endroit rêves-tu de voir tes créations exposées?

A la base, je ne suis pas très shopping, donc je ne connais pas beaucoup de magasins (rire)!
Il y avait Wattitude, mais maintenant j’y suis, donc je suis assez contente. Aussi non, il parait qu’il y a une boutique à New York avec uniquement des produits belges: ça me tente bien!  Pour le reste je ne sais pas vraiment… ce n’est pas une question que je me pose, je préfère exposer dans des petites boutiques sympas. En fait, si je devais choisir, je préférerais que l’on parle de moi dans une émission de télévision, par exemple dans « C’est du Belge ».

  • ARTISTE: D’où vient le nom Badjawe?

Badjawe veut dire bavarde… Je SUIS une bavarde: on m’a toujours dit que j’étais une tchafete et une badjawe. D’ailleurs je me suis toujours fait enguirlander à l’école car je parlais trop (rire). Pour le nom, je suis tombée sur badjawe (« badge » + bavarde), je trouvais que ça m’allait vraiment bien!

Et pourquoi avoir traduit tes badges en plusieurs langages wallons?

Il est vrai qu’au début, je faisais des badges uniquement en wallon liégeois. Ensuite, j’ai été invitée à la Fête Régionale des Langues de Wallonie, et je me suis retrouvée entourée de toutes les ASBL qui préservent le wallon. Ils étaient tous très contents de mon initiative et aimaient mes badges, et m’ont tous dit la même chose: C’est génial… mais il faudrait faire le picard, le gaumais, etc! Je ne savais déjà pas qu’il y avait plusieurs wallons (rire)!

J’ai donc pris contact avec différentes personnes qui pouvaient m’aider. Il a fallu un peu de temps pour que je réussisse à trouver les bonnes personnes pour CHAQUE autre wallon. Dernièrement, mon relecteur (Président de la littérature et de la langue walonne) m’a fait remarquer que je devais aussi faire le wallon namurois! Le wallon liégeois se vend très bien à Namur, mais j’ai découvert quelques belles expressions de Namur… qui sont assez savoureuses. J’ai hâte de commencer!
J’expose aussi mes badges dans une boutique de Bruxelles. Vous pouvez imaginer la suite… Et ENFIN, je vais bientôt lancer le gaumais puis le wallon luxembourgeois.

  • LIEGE: Cite-nous un endroit de Liège que tu aimes en été.

Le Village Gaulois, sans hésitation! Pour boire des bières et pour manger. J’aime y aller avec mes collègues…

  • LIEGE: Et une terrasse où profiter du soleil ?

En fait, je ne vais plus trop en terrasse depuis que j’ai mes enfants (rire)! Je préfère de loin  profiter de ma belle terrasse chez moi. Mon copain est menuisier, il m’a fait une jolie terrasse, alors autant en profiter à  100%.

  • LIEGE: Cite-nous un lieu où l’on se sent vraiment liégeois.

Alors sans hésiter… Aux Olivettes!  En fait, une fois que j’ai bu plein de bières, j’aime aller pousser la chansonnette aux Olivettes. Et là,  cachez-vous (rire)! Tu crois que tu chantes bien, tu n’est pas du tout en accord avec le piano, mais tu t’amuses!

  • LA FEMME: Quel objet emmènerais-tu sur une ile déserte?

Mon ordinateur! Je suis tout le temps dessus, car je crée sans arrêt sur Illustrator. En fait, Badjawe n’est pas un travail pour moi, c’est plutôt un amusement. Je passe mes soirées à créer, à créer… Je travaille un peu de trop (rire)! Je suis tout le temps sur mon téléphone aussi, pour mes notifications Facebook (pour Badjawe). Si ça n’avait pas été un objet, j’aurais quand même emmené mes filles et mon copain (rire).

  • FEMME: Frites ou salade?

Frites quand même hein! Sans hésiter. Je suis une bonne Belge pour ça, j’aime les frites! Au moins une fois par semaine, il faut que j’en mange.

  • FEMME: Viande ou poisson?

Poisson. J’adore la bonne viande, surtout la maturée. Mais mon copain n’aime pas le poisson, donc quand je vais au resto, j’aime en manger!

  • FEMME: Quelle pièce de vêtement une femme se doit-elle d’avoir dans sa garde robe?

Un jean! Je suis une addict du jean car ça va avec tout, c’est pratique et voilà!

  • ARTISTE: Où as-tu appris ton métier?

J’ai eu une initiation à l’IHECS pour mes études, mais assez basique des programmes Illustrator, Photoshop… Je ne savais pas bien dessiner moi-même. C’est une amie graphiste qui m’a fait découvrir l’outil plume (le meilleur outil du monde selon elle)! Je me suis entrainée, et malgré que je ne sache pas vraiment dessiner, l’outil plume me permet de remodifier et de « chipoter »  mon croquis que j’ai préalablement scanné.
Pour le reste, j’ai tout appris par moi-même, je suis une autodidacte et j’apprends tout via internet et Google! Si ça ne tenait qu’à moi, je me formerais à l’infini!

Et ces badges trop cool, où les trouver ???

En ligne:
www.ouftitourisme.be

Shops: (attention, ça ne rigole pas!)

◊ Lîdje

Hush up | Concept Store
Rue de la Cathédrale 96
4000 Liège

Musée de la vie wallonne
Cour des Mineurs 
4000 Liège

Wattitude
Rue Souverain Pont 7
4000 Liège

La Couronne
Impasse de la Couronne, 13
4000 Liège

Office du Tourisme de Flémalle
Chaussèe de Chokier 29
4400 Flémalle

Coccinelle & Demoiselle
Rue de la Station 1
4430 Ans


L’orangerie
22 rue du centre
4470 Saint-Georges-sur-Meuse

Daisy Flower
Rue des Brasseurs 25
4500 Huy

Hush up Visé
Place Reine Astrid 3
4600 Visé

Maison du tourisme du Pays de Vesdre
Rue Jules Cerexhe, 86
4800 Verviers

Au Fil D’Ariane
Rue H. Hurard 5
4800 Verviers

Pouce et Compagnie
Rue Guillaume Lekeu 6
4802 Heusy

◊ Wice îreû-dj’ d’ ôte ? (Où irais-je ailleurs)

Zinzoline & Patchouli

Rue Lamberts, 19
4840 Welkenraedt


Au Fil D’Ariane
Chemin-Rue 14
4960 Malmedy

Atelier B
Rue de la Tannerie 12
4960 Malmedy

Abbaye de Stavelot
Cour de l’Abbaye 1
4970 Stavelot

Les Germaines
Magasin nomade


Simply D
Rue Saint-Jean, 12
5000 NAMUR

Du gris pour les souris
rue du Village 36b
5621 Thy-le-Bauduin

Boutique Illico
Avenue Paul Pastur 64
6032 Mont-sur-Marchienne

Couleur Lavande
Rue Roosevelt, 33
6238 Luttre

Mons Où Venir
Rue des Clercs 13
7000 Mons

Desiderata
Rue du Cygne, 35
7500 Tournai
Pop & Shop
Avenue de L’Université 42
1000 Bruxelles

 

Pauline & Margot

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7 réflexions sur « Nos créateurs mis à l’honneur #3 : Badjawe »

    1. Je n’avais pas validé le commentaire d’avant quand tu as commenté ! Tu as donc dû penser que tu étais la deuxième… Alors….. On va dire que tu as aussi gagné ! 😀 Sais-tu nous contacter sur Facebook ? Pauline

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s